samedi 10 novembre 2012

Un nouveau Sherlock



The Sherlock Holmes story, tome 1

Auteur : Kwon Kyo-Jeong


Il ne fallait pas plus que ce titre pour me taper dans l’œil. Après l’avoir vite feuilleté je me suis empressée de l’acheter et de le lire.

Qu’est-ce qui est ressorti de cette lecture ?

En grande fan de roman policier et de Sherlock Holmes en particulier, j’avoue avoir un sentiment mitigé à la suite de cette lecture.
 Tout d’abord, il s’agit tout de même de Sherlock, THE plus grand détective du monde… bon …et c’est vrai qu’à part ça, je n’ai pas grand-chose de positif à dire sur ce manhwa. Les graphismes ne sont pas exceptionnels, les décors quasi inexistants et la trame est plutôt insipide. S’ajoute à cela soit des dialogues complètements anachroniques soit de grosses erreurs de traduction. La palme étant attribuée à cette fameuse phrase de Holmes à Watson « Tu n’as rien à envier au moteur de recherche  Google quant il s’agit de collecter et de croiser des données »
S’ajoute une première enquête basique qui est loin d’avoir la qualité des enquêtes du manga Détective Conan, que je lis depuis longtemps, dont j’attends chaque tome avec impatience et qui est d’une qualité irréprochable. 

On regrettera aussi le sous-entendu yaoï dans la relation Holmes/ Watson. Même s’il est vrai que la relation entre les 2 personnages a toujours suscité des interrogations, quant au fait que 2 hommes célibataires partagent un logement – surtout au XIXe siècle- , le fait que Holmes reste un éternel célibataire et que personne ne trouve Grace à ses yeux si ce n’est Adler et Watson. Espérons que l’auteur ne s’engage pas dans cette voie.
La multiplication des franchises de Sherlock Holmes ces dernières années montrent que le mythe de Sherlock Holmes passionne toujours autant. Cependant, on attend un travail de qualité et là, ce n’est pas le cas. Je vais cependant acheter le tome 2 pour me forger un véritable avis. Après tout, la mise en route et parfois difficile et très souvent l’auteur améliore son graphisme avec le temps et l’expérience.


1 commentaire: