Accéder au contenu principal

Une saison à Longbourn

 
Résumé: 

Sur le domaine de Longbourn, vivent Mr et Mrs Bennet et leurs vénérables filles, en âge de se marier.
À l’étage inférieur veillent les domestiques. Personnages fantomatiques dans le célèbre roman de Jane Austen, Orgueil et préjugés, ils deviennent ici des êtres de chair et de sang qui, du matin au soir, astiquent, frottent, pétrissent et vivent au rythme des exigences et des aventures de leurs bien-aimés patrons. Mais ce que les domestiques font dans la cuisine, sans être observés, pendant qu’Elizabeth et Darcy tombent amoureux à l’étage, relève d’eux seuls… Une histoire d’amour peut en cacher une autre, et qui sait quel secret enfoui risque de ressurgir.

Mon avis:

D' abord atirée par cette belle couverture très prometteuse, avec son ambiance classique, chic et so british , je me suis ensuite jetée sur le résumé. Et là, que vois-je??? un résumé tentant et des critiques élogieuses de la presse britannique! Il ne m'en fallait pas plus, hop direction la caisse!!!

    Je n'ai absolument pas été déçue, au contraire!!! j'ai adoré! Coup de cœur pour ce roman qui détourne brillamment un classique de la littérature anglaise. Car même si l'on suit en pointillé la vie des Bennet et les histoires d'amour de leurs filles; le sujet principal ici ce sont les domestiques: Sarah, notre héroïne, les Hills, James, la jeune Polly ainsi que tous les autres...Être domestique ce n'est pas juste un métier c'est une condition. Ils triment comme des damnés, s'occupent des tâches ingrates,...rien à voir avec la vie oisive des nobles, dépeinte terriblement bien par Orgeuil et Préjugés et par ce roman. 

   Sarah est une rêveuse. Jeune fille instruite qui lit beaucoup, Sarah rêve de s'enfuir, de partir à la découverte du monde, loin des pièces froides, du lit qu'elle partage avec Polly, de l'eau glaciale qu'elle doit aller chercher au puit chaque matin, des pots de chambre qu'elle doit vider... mais quand elle va enfin aller à Londres avec Elizabeth, elle va se rendre compte que sa place est à Longbourn, près de l'homme dont elle est éperdument amoureuse.

   James est l'autre personnage clé de ce roman. Il cache un passé douloureux: fils bâtard, il est élevé par une famille de fermier puis, comme Sarah plus tard, il veut fuir le quotidien et ce à n'importe quel prix. 

   J'ai adoré ce livre de bout en bout. On suit avec enthousiasme la vie de ces domestiques et surtout l'histoire d'amour entre Sarah et James. J'ai été émue par l'histoire de Sarah et James et des Hills (la fin est très touchante); par contre, l'auteur parvient à nous faire nous détacher des Bennet. En effet, ici l'histoire c'est celle de Sarah pas celle d'Elizabeth. On découvre cette dernière sous un jour nouveau. Elizabeth est, n'oublions pas, une noble. Bien que différente de ces sœurs elle n'en reste pas moins très peu compatissante envers Sarah. Quand elle lui propose d'aller à Londres et chez son amie Charlotte, elle le fait parce qu'elle sait que Sarah en rêve mais aussi parce que l'aide d'une autre domestique ne sera pas superflue. De même, lors du voyage la pauvre Sarah, par manque de place, doit voyager à l'arrière de la voiture, exposée aux intempéries. Ces épisodes nous font oublier la sympathie que nous avions pour le personnage d'Elizabeth, même si, de tous, c'est elle qui fait le plus preuve de bonté envers Sarah.  C'est toute l’ambiguïté du personnage: à la fois elle est idéaliste, pleine de bon sentiment et de compassion et de l'autre, elle reste ce qu'elle est, un personnage de son époque, élevée dans un ordre établi où les nobles se font servir par des gens pour qui l'on a peu de considération.

     Vous l'aurez compris, Jo Baker parvient à détourner un grand classique avec brio. J'ai eu du mal à lâcher ce livre. Certains seront peut-être déçus car l'histoire de certains personnages, et notamment d'un membre important de la famille Bennet, est réécrite ( bien que très plausible) mais j'ai trouvé, pour ma part, que cela sonnait juste, que cela reflétait bien les mœurs de l'époque. La troisième partie du roman nous plonge dans l'incertitude et on a peur pour Sarah et James mais heureusement tout est bien qui finit bien. Une belle histoire que je recommande vivement !


Commentaires

  1. Ah tu donnes vraiment envie ! allez hop dans la wish :)

    RépondreSupprimer
  2. Rah, vous me donnez trop envie :(

    RépondreSupprimer
  3. Je termine "Orgueil et Préjugés" et dès que je peux , je lis "Une saison à Longbourn".
    Merci pour ton avis. Biz

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Lettre d'une inconnue de Stefan Zweig

Stefan Zweig Lettre d’une inconnue lecture commune organisée par Carnetdelecture   Résumé et extrait : « R…, le romancier à la mode, rentrait à Vienne de bon matin […]. Il acheta un journal à la gare ; ses yeux tombèrent sur la date et il se rappela aussitôt que c’était celle de son anniversaire "Quarante et un ans"[…] Il rentra chez lui […]. Son domestique […] lui apporta son courrier sur un plateau […]. Il mit de côté une lettre dont l’écriture lui était inconnue.[…]Elle ne portait ni adresse d’expéditeur, ni signature "C’est étrange" pensa-t-il[…]. Comme épigraphe ou comme titre, le haut de la première page portait ces mots. A toi qui ne m’as jamais connue. » Avis : Que dire… au lycée j’étais tombée sous le charme d’André Breton et aujourd’hui je tombe amoureuse de l’écriture de Stefan Zweig . Lettre d’une inconnue est une nouvelle issue du recueil Amok ou le fou de Malaisie. Je vais essayer de

Cyanure de Camilla Läckberg

    Résumé:   Martin Molin accompagne sa petite amie Lisette sur l'île de Valö pour une réunion de famille juste avant Noël. Mais au cours du premier repas, le grand-père, un magnat industriel, meurt étouffé, juste après avoir annoncé à ses enfants qu'il les a déshérités. Martin se rend vite compte qu'il a été assassiné au cyanure. Une tempête de neige fait rage, l'île est isolée du monde et Martin décide de mener l'enquête.   Avis : Ce roman se lit très vite, en seulement quelques heures. Il faut dire que ce roman ne compte que 150 pages. Cette histoire me rappelle un bon petit Agatha Christie , en moins dense, mais on retrouve l’ambiance et les codes. Un meurtre est commis au sein d’une famille riche, où l’héritage est au centre de toutes les préoccupations. Qui dit grande famille, dit secrets . Et on peut dire que derrière chacun des personnages se cache un être très souvent méprisable et abject.   On dit souvent que l’argent révèle la véritable pe

Driven #1 de K. Bromberg

Résumé:    Pour se protéger de déboires passés, Rylee Thomas est toujours dans le contrôle d'elle-même jusqu'au jour où elle rencontre le seul homme qui, justement, pourrait lui donner envie de lâcher prise... Colton Donavan, un boy superbe, arrogant et ténébreux, habitué à obtenir tout ce qu'il désire. Une histoire d'amour torride entre une femme qui cherche à se reconstruire et un pilote de course intrépide, constamment sur le fil du rasoir, qui repousse toujours plus loin ses propres limites comme celles des autres. Mon avis:    Nouvelle romance érotique éditée par Hugo roman, je l'attendais avec impatience car elle avait pour cadre le monde de la course automobile, milieu sportif peu exploité, peu connu et qui me plaît car je suis la Formule 1.  J'ai donc était un peu déçue de voir que la course automobile était vraiment anecdotique dans ce premier tome car mise à part un épisode où le héros fait des essais et invite notre héroïne à y assi