vendredi 10 juillet 2015

Le syndrome [E] de Franck Thilliez

Résumé:

   Une affaire étrange bouleverse l'été de Lucie Hennebelle, lieutenant de police à Lille où elle vit avec ses jumelles. Un de ses ex-petits amis a perdu la vue en visionnant un court métrage acheté au fils d'un collectionneur décédé. Un film muet, anonyme, mais surtout, un film à la mise en scène malsaine et au scénario énigmatique. Au même moment, le commissaire Franck Sharko, ancien de la Criminelle et analyste comportemental à l'OCRVP (Office Central pour la Répression des Violences aux Personnes, Nanterre) suit un traitement par stimulations magnétiques au cerveau à cause d'une schizophrénie tenace. Il cède à l'appel du terrain à la demande de son supérieur et contre l'avis d'Eugénie, la petite fille imaginaire qui le suit depuis la mort de sa femme et de sa fille. Dans le Nord de la France, cinq corps d'hommes impossibles à identifier ont été retrouvés deux mètres sous terre. Mains coupées, dents et yeux arrachés, boîte crânienne tranchée, cerveau disparu, tous en état de décomposition avancé. Alors que Lucie découvre les horreurs que cache le film, un mystérieux Québécois l'informe par téléphone du lien ténu qui existe entre cette bobine et l'histoire des cinq corps. Une seule et même affaire grâce à laquelle Lucie et Sharko, si différents et pourtant si proches dans leur conception du métier, vont se rencontrer… Des bidonvilles du Caire aux orphelinats du Canada des années 1950, les deux équipiers vont mettre le doigt sur un mal inconnu baptisé le syndrome E. Un mal d'une réalité effrayante qui révèle que nous pourrions tous être capables du pire…

Mon avis: 

   Si au début du roman on pourrait s'attendre à une plongée dans le fantastique avec un mystérieux film qui rend aveugle, Franck Thilliez nous emmène au contraire dans un monde bien réel, où le mal a pris possession de certaines personnes et où l'horreur se répand à travers plusieurs pays du monde. Derrière tous ces morts, une histoire sombre et un nom mystérieux... le syndrome E.

   Je découvre Franck Thilliez avec ce premier roman narrant les enquêtes communes de Lucie Hennebelle et Franck Sharko! Extrêmement tentée par Pandémia , j'ai décidé de commencer par le commencement, c'est-à-dire Le syndrome [E]. Et quel bon thriller!

   L'histoire, dès le début est prenante. On rentre très facilement dans l'intrigue et on se demande ce que peut bien cacher ce mystérieux film et surtout qui est derrière tout ça, d'autant plus que des meurtres en Normandie semblent y être liés. L'histoire de la vidéo (et ce qu'elle cache) et les corps mutilés plongent le lecteur dans un monde de noirceur, de perversion. Au fil de l'enquête, la réalité, l'histoire et les expériences scientifiques prennent le pas sur l'inexplicable et nos deux enquêteurs se rapprochent de plus en plus de notre tueur...

   Outre l'enquête policière, l'histoire rend également hommage au septième art. Le cinéma et le monde des images est un des sujets centraux avec la recherche scientifique, la psychiatrie et l'histoire du Québec. J'ai appris beaucoup de choses en lisant ce roman et on sent, par l'ensemble des détails, que Franck Thilliez maîtrise son sujet et qu'il s'est bien documenté. 

   Les deux personnages principaux sont extrêmement bien travaillés et dépeints. Tous les deux habités d'une noirceur que seule une plongée dans les profondeurs de l'âme humaine peut expliquer, Lucie et Sharko se donnent à fond dans leur métier, délaissant ainsi  leur vie personnelle. Mais tous les deux ont beaucoup souffert par le passé. La perte qu'ils ont connu les empêche de refaire leur vie, du moins jusqu'à aujourd'hui. Ensemble ils vont non seulement résoudre l'enquête mais également se donner une chance pour débuter une nouvelle vie. 
J'ai beaucoup aimé le personnage de Sharko, schizophrène, nostalgique, bourru mais débordant d'amour pour les êtres qu'il a perdu. On s'y attache tout de suite et on espère qu'il parviendra à vaincre ses démons. Lucie quand à elle est l'archétype de la mère célibataire qui a du mal à jongler entre ces filles et son boulot de flic qui est très prenant. Mais c'est une battante, une acharnée et elle est animée d'une volonté et d'une passion qui font que son boulot de flic est quelque chose de viscéral dont elle ne peut pas se passer. Ensembles, ils font un duo très complémentaires et j'ai hâte de les retrouver dans les prochains tomes, surtout après la fin que nous a réservé l'auteur!

   En conclusion je ne peux que conseiller ce roman et cet auteur. A l'instar de Maxime Chattam et Karine Giebel, Franck Thilliez est un auteur de thriller incontournable qui a un talent fou pour narrer la noirceur et la perversité qui peut toucher notre société. Il me tarde de lire Gataka, la suite du syndrome [E]  .  



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire