lundi 15 décembre 2014

Les soeurs Essex 1 : Le destin des quatre soeurs

Résumé:

"Bien sûr que j'accepte d'être le tuteur de vos filles !" avait dit le généreux duc de Holbrook au vicomte de Brydone. Or, ce dernier décède suite à une chute de cheval, et voici donc le duc responsable de quatre petites Écossaises désargentées. Lui qui s'attendait à des fillettes voit - ô surprise ! - quatre belles jeunes filles se présenter chez lui. Ce n'est pas tout de les recueillir, il va falloir les marier, et au plus vite. Malgré toute sa bonne volonté, le duc est vite dépassé par les événements. Aussi la raisonnable Tess Essex décide-t-elle de se dévouer. N'est-elle pas l'aînée ? C'est à elle de donner l'exemple et donc d'épouser le comte de Mayne qui lui fait l'honneur de demander sa main. Mais réussira-t-elle à oublier les baisers du sulfureux Lucius Felton ?

Mon avis:

   L'auteur voit en cette série un mélange des Quatre filles du Docteur March et de Sex and the city...mouais...en tout cas ce n'est pas le mien. Si le seul point commun c'est qu'elles sont quatre, ça reste vraiment limité comme référence.

   En tout cas j'ai vraiment eu de mal à rentrer dans cette histoire. Non pas que l'intrigue soit mauvaise, mais les sœurs Essex s'avèrent être insupportables. Pas toutes, mais Annabelle et Imogène sont tellement agaçantes qu'elles occultent, de manière temporaires heureusement, notre envie de poursuivre cette histoire. Heureusement Tess, l'aînée et héroïne de ce premier tome, et Joséphine, adolescente qui ne s’intéresse pas aux garçons, relèvent le niveau. On s'attache très vite à elles et j'ai hâte de découvrir le tome 4 avec Joséphine.

   Après un début assez difficile je me suis laissée emportée par l'histoire Rien d'original bien sur mais ça reste plaisant à lire. J'ai beaucoup aimé le personnage de Felton, homme de sang froid, discret mais qui, sous la carapace à la manière d'un Darcy, cache un être passionné. Tess quant à elle est intelligente, douce, faisant preuve d'abnégation pour assurer l'avenir de ses sœurs.

   J'ai trouvé que tout l'aspect hippique était parfois un peu barbant. Ces messieurs sont passionnés mais surtout accros aux chevaux et malheureusement en parlent beaucoup trop. De plus, la dot des jeunes femmes étant des chevaux de race, voués à la course, ils deviennent très vite l'enjeu de mariages. De vrais goujats, surtout un, mais je vous laisse découvrir de qui il s'agit.

   Une lecture en demi-teinte donc. Heureusement, si le début m'a paru long et insipide voire agaçant, le reste du roman relève le niveau. Mais ce n'est quand même pas un coup de cœur. Eloisa James nous a habitué à mieux. 

  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire