dimanche 12 mai 2013

Le protectorat de l'ombrelle, tome 2: Sans forme de Gail Carriger

Résumé:

Un jour qu'elle se réveille de sa sieste, s'attendant à trouver son époux gentiment endormi à ses côtés comme tout loup-garou qui se respecte, elle le découvre hurlant à s'en faire exploser les poumons. Puis il disparaît sans explication... laissant Alexia seule aux prises avec un régiment de soldats non humains, une pléthore de fantômes exorcisés, et une reine Victoria qui n'est point amusée du tout. Mais Alexia est toujours armée de sa fidèle ombrelle et des dernières tendances de la mode, sans oublier un arsenal de civilités cinglantes. Et même quand ses investigations pour retrouver son incontrôlable mari la conduisent en Écosse, le repère des gilets les plus laids du monde, elle est prête ! 

Mon avis: 

Difficile de se remettre dans l'histoire du protectorat de l'ombrelle un an après. Pour ceux qui ne connaissent pas cette série, le tome 1 Sans âme est sorti en poche il y a 1 an aux éditions Le livre de poche. Le grand format revient aux éditions Orbit  qui publient en ce mois de mai le tome 5 - et dernier tome- du protectorat de l'ombrelle, Sans âge. Se rappeler de l'ancienne intrigue et de certains personnages a donc été ardu.

Le temps de se remettre dedans et c'est parti! Gail Carriger parvient une fois de plus à faire opérer la magie. Car, hormis des intrigues intéressantes, les deux plus grandes qualités de ses romans sont pour moi, la personnalité des personnages et la manière qu'à l'auteure de nous raconter les événements. 
La palme revient au personnage principal, Alexia Tarabotti, alias Lady Maccon. Un personnage haut en couleurs, singulière par son physique méditerranéen, son caractère bien trempé et sa répartie sans faille.

Dans ce tome 2, nous retrouvons Alexia, muhjah de sa majesté la reine Victoria,  fraîchement  mariée à Lord Maccon, loup-garou et alpha de la meute de Woolsey et également membre du BUR. Pas facile donc de conjuguer vie conjugale et responsabilités politiques.

Quand une malédiction frappe les créatures surnaturelles de Londres le temps d'une nuit, leur enlevant leurs pouvoirs, les rendants mortels et faisant disparaitre les fantômes, Alexia et Maccon se voient tous les 2 dans l'obligation de trouver le ou les responsables. Dans le même temps, la meute écossaise dont Lord Maccon était l'ancien alpha a besoin de lui. Il ne manquait plus que ça! En plus, cette "malédiction" semble se diriger vers le nord et avoir un rapport avec ladite meute, avec au milieu de tout ça, des tentatives d'assassinat répétées à l'encontre de Lady Maccon!
Pendant l'absence de son mari, Alexia pourra compter sur l'appui de Lord Akeldama,de Tunstell, de Lyall,  mais aussi d'un nouveau personnage, Mme Lefoux, inventrice française de génie qui a confectionné à Alexia une toute nouvelle ombrelle dont elle aura bien besoin pour se défaire de ses assaillants. Car il semble bien que bon nombre de personnes veulent sa mort! Ce n'est pas nouveau me direz-vous mais cela reste néanmoins fâcheux.

Ce tome à une ambiance steampunk encore plus marquée que dans le premier . Les inventions sont au cœur de l'intrigue et incarnées par Mme Lefoux, personnage très singulier et énigmatique. Les relations entre les différentes créatures surnaturelles et tout le jeu politique qui en découle est très interessant.J'ai également apprécié le côté dépaysant du voyage en dirigeable, l'arrivée en Écosse et la meute en kilt ^^.
Bien que l'intrigue soit un peu prévisible -on soupçonne très vite le coupable bien que la personnalité de certains personnages puisse nous faire douter- l'histoire n'en est pas moins plaisante et l'auteur nous laisse sur un énorme cliffhanger qui poussera tout lecteur fan de cette série à se jeter sur le tome suivant.

Une excellente lecture en somme, que je recommande vivement.

10/12
3/10

3 commentaires:

  1. va falloir que je m'y intéresse j'en entends parler un peu partout

    bisous mon ptit chat

    RépondreSupprimer
  2. Moi aussi j'en entends parlé, il va falloir que je tente avec le tome 1 déjà, je pense que ça pourrait me plaire.

    RépondreSupprimer
  3. Plus steampunk ? ah tu sais trouver les mots pour me parler toi !!

    Je vais me faire une commande amazon ...

    RépondreSupprimer