Accéder au contenu principal

Un coin de paradis

de Susan May Warren, éditions Milady, novembre 2012.



Résumé :



Mona est sur le point de réaliser son vœu le plus cher : retaper une vieille demeure victorienne dans la petite ville côtière de Deep Haven, pour en faire une librairie-café. La jeune femme déchante en s’apercevant que les travaux sont bien plus importants que prévu. Heureusement, le séduisant Joe Mickaels lui vient en aide. Alors que les catastrophes s’enchaînent, risquant de compromettre son projet, Mona découvre que cet homme a bien plus à lui offrir que ses talents de bricoleur. Joe n’est autre que son auteur préféré, un écrivain bien résolu à lui prouver que l’amour n’existe pas seulement dans les livres.



Mon avis :



Avec ce résumé accrocheur, il a été difficile pour moi de résister. Car en effet, comment résister quand on aime autant les livres que moi, à une héroïne ouvrant sa propre librairie et qui plus est,  qui rencontre un homme beau, intelligent, sensible…bref l’homme parfait.

Cette histoire suit les codes classiques de la romance : l’homme libre et sensible caché sous une carapace finit par rencontrer la femme de sa vie et la femme indépendante, pleine de caractère, au passé souvent douloureux finit par tomber dans ses bras. Le plus intéressant étant comment ils y parviennent. Car le chemin est souvent semé d’embuches et c’est au fil des pages que l’on découvre les personnages : leur vie, leur passé, la relation qu’ils entretiennent avec leur entourage, leur sensibilité.

Ce livre ne se penche pas uniquement sur l’histoire d’amour naissante entre les deux personnages mais aussi sur le passé de Joe et de sa famille. Car s’il retourne à Deep Haven c’est pour revoir son frère, qu’il a « abandonné » aux bons soins d’une institution pour personnes handicapées. Par le biais de son travail il va se rapprocher de son frère, apprendre à mieux le connaître, à faire partie de sa vie. Il va apprendre à se pardonner et à pardonner lui-même et ce, grâce à Mona mais aussi à son propre frère.

C’est une belle histoire fraternelle qui naît au fil des pages et cette histoire nous donne une belle leçon de vie.

J’ai lu dans un commentaire qu’on appelait ce genre d’histoire une romance « inspirationnelle » car d’origine chrétienne et ayant beaucoup de références à dieu et à la spiritualité, à la morale, aux bons sentiments. Les personnages sont croyants et parlent beaucoup de Dieu et de la destinée. Je dois dire que les tirades sur Dieu et les prières m’ont gavé. Et je finissais par sauter allègrement des passages. C’est le seul bémol (un gros bémol tout de même), surtout si vous n’êtes pas croyant. Je trouve que cela n’apporte rien à l’histoire, car des sentiments comme le remords, l’espérance, l’amour n’ont pas besoin de toutes ses références à Dieu pour être exprimés. Mais bon, l’auteur est croyante et transmet sa foi et ses messages moralisants dans ces livres, à cela on ne peut pas grand-chose.

Au final, le bilan est très positif, je n’ai pas pu lâcher ce livre avant la fin. L’histoire à une vraie fin, rien n’est bâclé. C’est une romance de bonne facture pour tous les fans du genre comme moi.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lettre d'une inconnue de Stefan Zweig

Stefan Zweig Lettre d’une inconnue lecture commune organisée par Carnetdelecture   Résumé et extrait : « R…, le romancier à la mode, rentrait à Vienne de bon matin […]. Il acheta un journal à la gare ; ses yeux tombèrent sur la date et il se rappela aussitôt que c’était celle de son anniversaire "Quarante et un ans"[…] Il rentra chez lui […]. Son domestique […] lui apporta son courrier sur un plateau […]. Il mit de côté une lettre dont l’écriture lui était inconnue.[…]Elle ne portait ni adresse d’expéditeur, ni signature "C’est étrange" pensa-t-il[…]. Comme épigraphe ou comme titre, le haut de la première page portait ces mots. A toi qui ne m’as jamais connue. » Avis : Que dire… au lycée j’étais tombée sous le charme d’André Breton et aujourd’hui je tombe amoureuse de l’écriture de Stefan Zweig . Lettre d’une inconnue est une nouvelle issue du recueil Amok ou le fou de Malaisie. Je vais essayer de

Starters de Lissa Price

Résumé: Dans un futur proche : après les ravages d’un virus mortel, seules ont survécu les populations très jeunes ou très âgées : les Starters et les Enders. Réduite à la misère, la jeune Callie, du haut de ses seize ans, tente de survivre dans la rue avec son petit frère. Elle prend alors une décision inimaginable : louer son corps à un mystérieux institut scientifique, la Banque des Corps. L’esprit d’une vieille femme en prend possession pour retrouver sa jeunesse perdue. Malheureusement, rien ne se déroule comme prévu… Et Callie réalise bientôt que son corps n’a été loué que dans un seul but : exécuter un sinistre plan qu’elle devra contrecarrer à tout prix ! Mon avis: Roman de science-fiction pour la jeunesse, Starters nous plonge dans un univers futuriste et dystopique dans lequel le monde a connu une guerre chimique. Bon nombre d’adultes sont morts, n’ayant pu se faire vacciner. Seuls restes les plus riches (les Enders), qui vivent dans le luxe et l

Les filles au chocolat tome 5 (et dernier) : Coeur Vanille de Cathy Cassidy

Résumé:      Honey, 15 ans, est l'aînée des soeurs Tanberry. Elle accepte mal le divorce de ses parents et ne supporte pas le nouveau compagnon de sa mère. Elle décide de rejoindre son père en Australie. Lui aussi a une nouvelle vie. Le lycée que fréquente Honey est strict et des photos compromettantes apparaissent sur sa page personnelle du réseau social Spiderweb. Mon avis:      Honey est depuis le premier tome de cette série la petite peste de la famille. Mais derrière cette façade se cache une jeune fille qui souffre, qui n’a jamais accepté le départ de son père, qui cherche par tous les moyens à se faire aimer et qui est en quête de son identité.    Dans les tomes précédents, Honey était entrée dans une spirale auto destructrice. Mais elle compte bien prendre un nouveau départ, en Australie, auprès de son père.  Mais tout ce qu'elle s'était imaginé va tomber à l'eau car son père est loin de correspondre à l'image qu'elle se fait